Comment faire des économies grâce à une chanson de Joyce Jonathan

Comment faire des économies grâce à une chanson de Joyce Jonathan avec mes charges autoentrepreneur


Vous êtes indépendant et cet article vous est particulièrement destiné. Pas besoin de vous rappeler  le contexte actuel que vous connaissez fort bien. Maintenant c’est la route de l’incertitude et du vide qui s’offre à nous. La route, vous rigolez, ce sera un sentier en plein forêt vierge avec une végétation qui vous empêche de voir plus loin que le bout de votre machette. Pourtant, dans la forêt, il  y a toujours des clairières. Il suffit de vouloir les regarder pour les trouver. Qui l’eut cru, qu’une chanson de Joyce Jonathan allait entamer un processus d’introspection amenant à diviser par deux mes charges d’indépendant.


Encore des mots, toujours des mots, rien que des mots

 

« Le bonheur c’est pas la chute, mais le chemin »

Le Bonheur, Joyce Jonathan

 

Nous allons vous prendre au mot Mme/Melle Joyce Jonathan.

 

Si vous la connaissez ou connaissez quelqu’un qui la connaît, dites-lui merci de ma part et que je serai bien heureux de pouvoir lui dire de vive voix !La gratitude est un moteur puissant. Tout est parti de la phrase de cette chanson. Je me suis dit, chiche, faisons l’analyse des paroles pas si anodines qu’elles n’y paraissent.

 

  • Le bonheur : bonne chance, circonstance favorable,
  • La chute : action de tomber, diminution de valeur, effondrement, échec
  • Le chemin: passage, piste qu'on trace et qui sert de route; distance à parcourir pour aller d'un lieu à un autre; évolution progrès

 

Appliquons cette phrase à la période actuelle où les recettes pourraient diminuer, décalées dans le temps. Pensons qu'avec des possibilités qui pourraient se raréfier, nous devrons accepter les faits; nous pourrions devoir faire autrement pour continuer de vivre décemment avec les nôtres.

 

La crainte est claire, que les charges restent les mêmes avec moins de recettes. S'obstiner à une réduction drastique des coûts n'est pas la bonne approche à moyen et long terme.

 

Pour générer des économies durablement, il ne faut pas se dire, je cherche le logiciel de relation client, l'assurance pro la moins chère du marché. Le chemin vers des circonstances favorables est l'objet de cet article. Et c'est parti pour le diagnostic décalé.

Vérifions nos caractéristiques pour s'améliorer: le diagnostic de nos forces

Inventaire de mes affaires personnelles et professionnelles

Cela va vous demander du temps, et vous coûter de l’énergie, ce n’est jamais simple de faire face aux affaires qui représentent votre passé. Faire ces listes est primordiales.

 

C’est une base qui vous permettra de vous demander si vous avez  besoin, envie de garder ces éléments. Marie Kondo donne des clefs pour se séparer en douceur de ses affaires superflues.

 

Une fois un premier tri d’effectuer, prenez un papier et un style pour écrire les affaires que vous possédez. Vous voyez l’intérêt de jeter les affaires inutiles avant !

 

Vous allez mieux vous rendre compte de ce que vous possédez. Ainsi, avec conscience accentuée, vous vous direz peut-être que vous avez plus que ce vous pensiez.

 

Vous vous sentirez plus rassuré ( e ), plus sûr de vos forces, parce que vous visualiserez davantage encore les possibilités qui vont avec tout ce matériel. Mécaniquement, de nouvelles idées jailliront sur ce que vous pouvez faire avec ces affaires et vos problèmes du moment.

Inventaire de mon carnet d'adresse, de mes profils sur les réseaux sociaux, liste de mes anciens camarades de classes


Vous dormez sur de l’or, des lingots que vous avez emmagasiné jusqu’à lire cet article.  A partir de maintenant, vous comprendrez le mantra suivant : tout rencontre doit être une opportunité. 

 

Vous en avez fait plusieurs centaines. Mettez à profit la trace que vous avez laissée après vos passages dans les différentes entreprises, associations, structures scolaires où vous étiez.

 

« Je passe au peigne fin le fond de mes placards » notre amie chanteuse,

Joyce Jonathan a encore raison !

 

Cet inventaire consistera donc à vous recréer une liste de contacts unifiée avec :

  • Prénom
  • Nom
  • Lieu où le lien s’est créé
  • Lieu d'études
  • Profession

Vous vivrez un bon moment à le faire car de nombreux souvenirs, anecdotes réapparaîtront.

Là encore, en peu de temps, vous ferez de nouvelles associations avec vos problématiques du moment.

 

Cela vous aidera à franchir le pas qui consiste à rappeler de vieilles connaissances et pourquoi pas leur demander un coup de main, une astuce. Libre à vous de faire face à vous-même et à votre histoire. Il y aura un avant et un après. Aller vers les autres pour demander un service, c’est une forme de courage et d’humilité.

 

Vos interlocuteurs en ont bien consciences. Ils seront presque toujours polis et accueillants, même s’ils répondent par la négative. N’ayez pas peur d’oser, vous serez agréablement surpris.

 

Très récemment, j’ai été sélectionné pour participer à une assemblée citoyenne sur un sujet dont j’ai tout à apprendre. Pour préparer ces 3 belles journées à venir, j’ai pré-sélectionné dans ma liste les noms de ces personnes ressources.

 

Elles m’ont toutes dit oui, sauf une. Il s’en est suivi de beaux moments de partage et d’apprentissage. Au top ! Je me suis senti fin prêt pour vivre pleinement  cette aventure. La suite vaudra un autre article !

Ya trop de giga dans ton forfait téléphonique

C’est l’exemple par excellence. Celui où tu prends un abonnement dont tu ne te sers pas à fond. Si tu arrives à intégrer cela, te dire que l’on pas toujours besoin de plus même si on peut l’avoir pour à peine plus cher, là tu auras franchi un cap.

 

Pendant le confinement, j'ai épluché mes dépenses dont mon forfait téléphonique. J'ai fait la moyenne sur une année des gigas consommés, environ 4 gigas de données par mois pour un forfait allant jusqu'à 20... Mon maximum ayant été 7 gigas consommés,

 

Si tu le réussis avec ton forfait téléphonique, tu pourras le faire dans d’autres situations et aller à l’essentiel dans différentes circonstances.  Travailler son attitude est l’objet du paragraphe suivant.

La (positive) attitude

Il existe des séminaires de développement personnel de conduite du changement. Pourquoi pas si vous y trouvez votre compte. A vrai, je suis peu informé sur cette manière de cheminer personnellement et m’abstiendrai de tout propos.

 

Je remarque que sur des sujets simples, j’ai du mal à me déjuger, à changer mes habitudes et donc mes choix. Comme si le choix précédent était marqué dans le marbre.

 

A ce que j’ai pu lire à ce sujet, le cerveau aime la fonction raccourci. Il se familiarise à une situation pour consommer moins d’énergie, être plus efficace.

 

Si en plus vous rajoutez tous les systèmes qui nous influencent , nous sommes moins souvent que nous le pensons amener à faire des choix éclairés. Face à cette réalité, j'ai mis au point un exercice personnel d'autocontrôle inspiré de Marie Kondo (l'art du rangement) dont je vous ai parlé tout à l'heure.

 

Pour réussir à trier ces vêtements, elle suggère de les prendre en main, de se demander s'ils vous mettent en joie et d'écouter son intuition !

J'ai décidé de transférer cet excellent principe. Et donc de faire un bilan trimestriel en tête-à-tête avec une feuille de papier et un stylo. Je constate l'irruption dans mon quotidien de nouveaux outils et m'interroge sur la manière dont je les utilise.

 

Cet exercice ne prend pas beaucoup de temps. Mais il y a le mérite de s'interroger régulièrement et de ne pas laisser s'accumuler des mauvais décisions techniques. Si cela me va, je poursuis ma route. Si le bât blesse quelque part, je le note et cherche quelle solution, quelle action puis-je mettre en oeuvre.

 

Même si la réalisation de cette dernière est différée dans le temps pour une bonne raison, j'ai constaté ce qui est a améliorer et je sais comment le faire. Peu importe que le sujet concerne la couleur d'un logiciel, le remplacement d'un meuble.  Je pense donc je suis. Je pense donc j'agis fonctionne bien également ! 

"Je pense donc j'agis": les solutions-actions pour répondre à la question comment faire des économies

"Je passe le clair de mon temps juste à passer le temps

Repasser les chemises que j'ai portées le jour d'avant"

 

 

 J’ai longuement hésité à écrire cette partie car j’ai eu du mal à en voir l’utilité. Nous avons des postes de dépenses différents. Et surtout, réaliser des économies se fait avant tout en ayant un état d'esprit qui permet d'analyser ses besoins au plus juste.

 

 

La première des solutions, c'est de travailler à sa propre vision de sa situation.  les propos précédents vous ont permis de comprendre que pour faire des économies durablement, la première d'entre elle est de bien connaître ses besoins.

 

De ne pas être dans la logique du "au cas où" pour accumuler des outils numériques avec plein de fonctions vraiment inutiles. Cela fait perdre du temps et pollue l'esprit.

 

C'est prendre le risque d'augmenter sa charge mentale en entassant des possibilités que l'on utilisera jamais. Aujourd'hui, j'ai les bons outils, ni plus ni moins, et je sais déjà quels outils je prendrai quand mon entreprise chargera de dimensions.

 

L'anticipation cela rassure également, soyons honnête avec nous-même. Nous savons déjà avec quels moyens nous pouvons y aller le moment venu. Autrement comme le dit très justement notre chanteuse à succès, on finit par passer le plus clair de son temps à réutiliser des solutions éculées et inadaptées.

 

Elle ne le dit pas en ces termes, je sais, mais à avec des mots plus simples et une expression plus juste !

 

Avec ce cheminement, qui peut comprendre quelques chutes, les circonstances favorables se dégagent. La clairière apparaît. La progressivité de votre démarcher vous amène à cette question: Et maintenant, que vais-je faire de mes économies ?!

Et maintenant, que vais-je faire avec mes charges autoentrepreneur?

Qu’est-ce que je fais de ce surplus ?

 

Ce que vous voulez !

 

Pour ma part, j’ai voulu continuer de prendre soin de moi. Pas par narcissisme, égoïste, mais parce qu’une voiture ne roule pas sans entretien régulier.

Alors j'me dis
C'est p't' être que je vieillis
J'veux pas laisser passer ma vie

 

Je me suis demandé où que je passais le plus de temps au même endroit sans bouger.

  1. le fauteuil de mon bureau
  2. mon lit
  3.  le siège avant de ma voiture.

Dans les prochains mois, j'achèterai un fauteuil encore plus confortable et quelque accessoire pour améliorer le confort dans mon véhicule. J'envisage également de souscrire à une garantie contre les accidents de la vie.

 

Un échange récent avec un assureur a mis en exergue certains réalités à ne pas mettre de côté. Pour une d'euros par moi, cette garantie couvre un large panel de risques individuels. Souscrire à cette assurance, c'est peut-être prendre conscience de sa finitude.

A propos de l'auteur de cet article

Pierre Le Guily est tombé dans la marmite du bâtiment tout petit. Il a été biberonné à l'artisanat dès les premiers jours de son existence avec une famille qui a toujours et principalement travaillée dans la construction. Pour l'anecdote, il a même appris à changer sa première roue de voiture avec un des constructeurs les plus en vogue durant les années 80 ! A raison de 500 maisons l'année à son apogée, cet homme sait de quoi il parle.

Réussir, c'est avoir l'humilité de s'entourer, de recruter des femmes et des hommes qui sont meilleurs que vous dans leur domaine.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0